Réseau Social Dentaire du Val de Marne

4_LOGO_SC_BASELINE_CARREL’AOI a un agrément pour 3 ans pour accueillir des volontaires dans le cadre du Service Civique.

Jeanne Rita Ntsama a rejoint l’équipe du réseau le 3 avril pour 10 mois. Elle est  en Master 2 Sociologie Pratiques et Politiques Locales de  Santé à l’Université des Sciences et Technologie de Lille.

Jeanne participe  :

– à la coordination du réseau (mise en place et suivi de partenariats avec les travailleurs sociaux, organisation et plannings des activités, travail en équipe),

– à la sensibilisation du public,

– à l’information et au suivi de l’accès aux soins, soit dans les structures sociales (actions collectives, permanences d’information) soit par téléphone,

– à l’animation des réseaux sociaux.

Opération microDON au Monoprix de Meudon

1160-img-0e496cfc324e4480188590404d4af43fOpération carte microDON*

 

Les 9, 10 et 11 décembre,   le temps d’un week end, des associations locales des Hauts de Seine invitent les citoyens à les soutenir à l’aide de la carte microDON : cette carte dotée d’un code-barres permet de faire un don de 2€ ou plus en caisse.

Faites un beau geste contre le renoncement aux soins dentaires !

Pour participer à l’opération microDON, l’AOI vous donne rendez-vous :

– au MONOPRIX de Meudon (92) les vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 décembre,

ou

– sur le site microDON jusqu’au 18 décembre.

1160-img-8a93371689115712a4f7ce1a670de0e3

*MicroDON est une entreprise sociale agréée solidaire dont le coeur de métier est le développement d’outils innovants de levée de fonds pour les associations.

 298-banner-f61c20ad12d3949ea3542b9583bdc379

 

1er juillet 2016 : Le site sur l’accès aux soins bucco-dentaires actualisé !

ACCESAUXSOINSLe site sur l’accès aux soins bucco-dentaires a été mis en place avec le soutien de la Direction Générale de la Santé. Il est régulièrement mis à jour.

Quels objectifs ? Améliorer l’accès aux soins dentaires des personnes les plus vulnérables et contribuer à la réduction des inégalités sociales de santé.

Pour qui ? Toute personne cherchant des informations sur l’accès aux soins bucco-dentaires : patients, chirurgiens-dentistes, professionnels de structures sanitaires et sociales, etc.

Quel contenu ? Les informations nécessaires pour accéder aux soins dentaires telles que – des informations sur la protection sociale : Laquelle pour quelle situation ? Sous quelles conditions ? Comment faire mes démarches ? Quels sont mes droits et comment les faire appliquer ? Quels soins bucco-dentaires sont pris en charge ? Ou trouver de l’aide pour faire valoir mes droits ?

– des informations sur l’offre de soins : Ou me faire soigner ? Quels sont les structures composant l’offre de soin ? Quels sont mes droits et mes devoirs ? Quels sont les droits et les devoirs du praticien ?

imageHK1imageHK2 imageHK5

Rencontre sur le réseau social dentaire du 94

AOi essai04Comme l’an dernier,   l’AOI a organisé une rencontre sur le réseau social dentaire du Val de Marne avec ses partenaires le 16 avril dernier.  Cette réunion a été  l’occasion de  présenter :

–          des données sur le public accompagné et sur les parcours qui permettent d’accéder aux soins dentaires,

–          les nouveaux flyers et affiches de communication sur le numéro de téléphone vert.

Analyse de livre parue dans la revue « Santé Publique »

imagesEn finir avec les idées fausses sur les pauvres et la pauvreté
Jean-Christophe Sarrot, Bruno Tardieu, Marie-France Zimmer, Préface Dominique Baudis
Ivry-sur-Seine (France) : Coédition Éditions de l’Atelier, Collection Social ECO HC ; 2014. 220 p
Alors que les inégalités sociales de santé constituent une priorité de santé publique, il est bon de lire, relire et faire lire ce petit livre (220 pages, quand-même, mais en format In-12), seconde édition, enrichie, d’un opuscule paru en 2013, et préfacé par Dominique Baudis, alors Défenseur des droits. Les 33 000 exemplaires de ce premier tirage ont été diffusés en moins d’un an. En 2014, pour un prix de 5 €, permis grâce à la solidarité inter-associative, ATD Quart Monde nous apporte 104 réponses argumentées, bibliographie à l’appui, à des assertions fréquemment entendues dans la population mais aussi de la part des professionnels.

Dans Politis, lors de la publication de la première édition, Ingrid Merckx citait brièvement quelques-unes des réponses :

« Oui, le système de protection sociale atténue les impacts de la pauvreté. Non, les gens qui vivent à la rue ne l’ont pas choisi. Si, les sans-abri veulent travailler : en 2001, 36 % étaient en recherche d’emploi. Non, la pauvreté ne peut pas arriver à tout le monde : elle résulte d’un cumul de difficultés (rupture familiale, licenciements, placements dans l’enfance). En revanche, la peur de se retrouver sans domicile est très répandue. Non, les pauvres ne font pas des enfants pour toucher les aides : malgré les aides, choisir d’avoir des enfants, c’est choisir de vivre avec moins d’argent par personne. Non, les pauvres ne profitent pas des aides : le taux de non-recours atteint 50 % pour le RSA, 29 % pour la CMU complémentaire, 62 % pour le tarif spécial solidarité d’EDF, 50 à 70 % pour les tarifs sociaux dans les transports urbains. Non, on ne gagne pas plus avec le revenu de solidarité active (RSA) qu’avec le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) : les familles qui galèrent avec le Smic galèrent encore plus avec le RSA. Oui, les pauvres peuvent posséder un téléphone portable et un écran plat : mais ce ne sont pas des indicateurs de richesse, contrairement au fait de posséder une voiture ou de manger de la
viande, par exemple. Non, les bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) n’en profitent pas pour faire des soins de confort : leur consommation de soins est légèrement supérieure à la moyenne mais leur état de santé moins bon. Si, les pauvres paient des impôts : ils échappent à l’impôt sur le revenu mais paient la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et les taxes sur les alcools et le tabac. »
Point n’est besoin d’argumenter plus avant. Dans son avant-propos, Marie-France Zimmer écrit « Les préjugés sur les pauvres sont trop répandus dans notre société. […] Pour  répondre à tout ce que l’on entend sur eux et sur nous, il est important de se référer à des
études et des chiffres officiels. Vous n’imaginez pas combien c’est vital pour nous ». Marie-France, membre de la Délégation nationale d’ATD Quart Monde France, sait ce que pauvreté veut dire et peut légitimement parler à la première personne. « Les pauvres sont les meilleurs experts de la pauvreté » disait Joseph Wresinski, fondateur d’ATD. Les écouter, les considérer dans leur richesse d’experts de ce qu’ils vivent, et dans leurs autres richesses, agir contre les préjugés, c’est lutter contre les inégalités sociales, et ce petit livre
peut y contribuer.
Jean-Pierre Deschamps

Analyse de livre  parue dans Santé Publique 2014/6 (Vol. 26)

Une nouvelle affiche pour le N° Vert dans le 94

AOi essai04Emmanuel  Guibert et Frédéric Lemercier ont conjugué leurs talents pour cette nouvelle affiche  pour le Réseau Social Dentaire (RSD) du 94.

Les activités  du RSD  ont pour objectif de permettre à des personnes* de reprendre une démarche de santé dentaire dans des structures de soins de droit commun adaptées aux spécificités de leur situation médico-sociale.

Les moyens sont la communication d’informations et l’accompagnement médico-social pour lever les blocages. Un numéro vert (gratuit) a été mis en service pour informer les intervenants sociaux et/ou le public.

*La population touchée est    

  • en renoncement aux soins dentaires pour des raisons financières et/ou socioculturelles.
  • en situation de vulnérabilité socio-économique. Elle fréquente des structures sociales locales en raison de difficultés liées aux ressources, au logement, au travail…

Les origines des ruptures avec le système de soins dentaires peuvent être liées à des questions  administratives (droits) et/ou financières, à des refus de soins, à difficultés relationnelles avec le système de santé (structures ou professionnels).

Deux catégories de personnes sont particulièrement représentées : le public d’origine étrangère (plus de 75 %) et les bénéficiaires du RSA.

Nombre de bénéficiaires : 800.

20 mars : rencontre autour des activités du Réseau Social Dentaire (RSD) du Val de Marne

A l’initiative de l’AreseauOI qui intervient dans ce département depuis 1996 et a repris, en 2012, le RSD dont elle était l’un des acteurs depuis sa création en 2005, une réunion de présentation des activités de ce Réseau a eu lieu le 20 mars à l’hôpital Charles Foix d’Ivry sur Seine.

Rappelons que l’objectif du RSD est de faciliter l’accès aux soins dentaires de personnes en  situation de précarité par l’information et l’accompagnement, en s’appuyant sur des partenariats avec des structures sociales et sanitaires. Jusqu’alors centré sur Ivry sur Seine et Vitry sur Seine, il va s’étendre sur d’autres communes du Val de Marne.reseau 2

Le réseau est une action à la charnière des secteurs sociaux et médicaux qui vise un public précaire en renoncement aux soins dentaires. L’importance du renoncement aux soins des personnes précaires est bien connu. La santé dentaire étant bien un des facteurs de la spirale de la précarité. La problématique fait intervenir plusieurs types d’obstacles, c’est leur intrication qui fait la complexité de l’accès aux soins dans notre domaine et qui fait que les réponses efficaces sont individuelles.

Au cours de la séance, une présentation des activités 2013 et des perspectives a été faite  aux partenaires institutionnels et associatifs venus pour partager les attentes et les réflexions sur l’avenir du réseau.

Pour en savoir plus :

Site accès aux soins des personnes démunies

Publication dans le CDF Janvier 2013 concernant le renoncement aux soins

Quiz – Renoncements aux soins dentaires et précarité en France – novembre 2012

Renoncements aux soins bucco-dentaires des plus démunis : réalités et réponses

Séance AOI – Renoncements aux soins- I.Thiébot, F.Augereau-  Le Chirurgien-Dentiste de France n° 1558-1559 – 24-31 Janvier 2013  Téléchargez

Le secteur dentaire arrive au premier rang pour les renoncements aux soins.  La problématique est multifactorielle.  Le système de santé devrait permettre l’accès aux soins d’une population en situation précaire. Les praticiens constituent une offre de soins compétente, des dispositifs de protection sociale spécifiques ont été mis en place. Pourtant, entre le besoin et la demande de soins, entre la demande et l’offre, patients et professionnels ne se croisent plus ou que ponctuellement.

Quelles réponses sont proposées et expérimentées ? Comment avancer ? Autant de questions sur lesquelles l’AOI,  lors de sa conférence à l’occasion du congrès ADF,  a donné la parole à différents acteurs pour qu’ils apportent leurs éclairages, puissent se rencontrer, s’écouter, chercher à comprendre les difficultés de chacun, regarder ce qui se fait… Et envisager des évolutions.

 

Testez vos connaissances – Renoncements aux soins dentaires et précarité en France

Renoncements aux soins dentaires et précarité en France

Testez vos connaissances sur la protection sociale dentaire pour les plus démunis.

Pour certaines questions, plusieurs réponses sont possibles.

Q1 – Pour bénéficier de la CMU complémentaire, les ressources mensuelles moyennes d’une personne seule doivent être inférieures à :

a –             661 €

b –             893 €

c –          1 028 €

R:     a   – Pour bénéficier de la CMU complémentaire, les ressources mensuelles moyennes d’une personne seule doivent être inférieures  661 euros. Ce montant comprend la totalité des ressources perçues, y compris les allocations sociales (ex : les allocations familiales,  l’aide au logement ou un montant forfaitaire de 56 euros en cas d’hébergement gratuit.)

Q2 -Les prestations dentaires prises en charge par l’ Aide Médicale d’Etat (AME) et la CMU complémentaire sont identiques :

a –          oui

b –          non

R :     b  – Les prestations dentaires prises en charge par l’AME et la CMU complémentaire ne sont pas identiques. Les prestations dentaires couvertes par l’AME sont limitées au tarif de base de la sécurité sociale.  La CMU-C couvre des actes  comportant des dépassements d’honoraires (prothèses et orthodontie) dans la limite des plafonds prévus par décret.

Q3 – Les bénéficiaires du RSA socle (ancien RMI) ont droit à la CMU complémentaire :

a –          sous certaines conditions

b –          systématiquement

R :  b  –  Les bénéficiaires du RSA socle (ancien RMI) ont droit la CMU complémentaire systématiquement. Le montant mensuel du RSA socle étant de 475 euros, donc inférieur au plafond de ressources de la CMU-C, le droit à la CMU-C est acquis à tous les bénéficiaires du RSA. Mais ils doivent en faire la demande.

Q4 – L’ACS est :

a –          l’allocation pour un contrôle santé (bilan gratuit)

b –          l’aide pour une complémentaire santé

R :   L’ACS est l’aide pour une complémentaire santé. L’aide à la complémentaire est un forfait qui paye tout ou partie des cotisations à une complémentaire santé. Elle est accordée à des personnes dont les revenus sont compris entre le plafond de ressources de la CMU et ce plafond majoré de 35% (893€ pour une personne seule)

 Q5 – Vers quelle structure orienterez-vous, de préférence, un patient, ayant des ressources supérieures au plafond de la CMU-C, qui vous dit ne pas pouvoir entreprendre des travaux de prothèse en raison de ses faibles revenus ?

a –          Centre communal d’action sociale (Mairie)

b –          CPAM

c –          Associations

d –          autres

R :   bUn patient, ayant des ressources supérieures au plafond de la CMU-C,  qui vous dit ne pas pouvoir entreprendre des travaux de prothèse en raison de ses faibles revenus peut être orienté vers la CPAM. Pour financer de la prothèse (en partie ou en totalité), la CPAM  peut octroyer des aides ponctuelles (fonds pour des dépenses exceptionnelles de santé). Le montant attribué est fonction des ressources.

Q6 – Les PASS (Permanences d’Accès aux Soins de Santé) dentaires sont des services hospitaliers qui :

a –          accueillent le public sans droits sociaux ouverts

b –          ouvrent les droits à la CMU complémentaire

c –          font des soins esthétiques gratuits (blanchiment…)

d –          ont un service social d’accompagnement

e –          font parfois des soins

f –          orientent parfois vers d’autres structures de soins

R :   a – d – e – f

Les PASS (permanences d’accès aux soins de santé) dentaires sont des services hospitaliers qui

– accueillent le public sans droits sociaux ouverts

– ont un service social d’accompagnement

– font parfois des soins

– orientent parfois vers d’autres structures de soins

 Q7 – Un patient qui a une mutuelle, et éventuellement une ACS pour la financer, peut obtenir une aide ponctuelle de la CPAM pour des dépenses de prothèse :

a –          oui

b –          non

R :   aUn patient qui a une mutuelle, et éventuellement une ACS pour la financer, peut obtenir une aide ponctuelle de la CPAM

Oui, dans la mesure où le remboursement de la mutuelle ne couvre pas le montant total du reste à charge.

Si vous cherchez des précisions sur cet aspect, vous pouvez vous rendre sur le site sur lequel vous trouverez de multiples autres détails sur l’accès aux soins dentaires

Isabelle Thiébot

Précarité : Un numéro vert dans le Val de Marne pour les plus démunis

Informations aux acteurs sociaux et au public

N° vert 0808 800 322

gratuit depuis un mobile et un poste fixe

Réponses aux appels sur les questions de prévention,  d’accès aux droits et aux soins dans une perspective médico-sociale globale.

Si besoin, une orientation est proposée vers :
– une structure sociale partenaire pour l’ouverture des droits
– une structure de soins de proximité adaptée à la situation médico-sociale
– un accompagnement personnalisé global